AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
» A quoi penses-tu ?
Aujourd'hui à 13:40 par Prunetille

» Partage d'Oeuvres d'Art
Aujourd'hui à 13:38 par Prunetille

»  Vos blogs ?
Aujourd'hui à 13:26 par Essaie pas

» Que lisez-vous en ce moment?
Aujourd'hui à 13:00 par Essaie pas

» Ça ou ça ?
Aujourd'hui à 12:57 par Essaie pas

» Les lieux publics interdits aux femmes ... Et quoi encore ?
Aujourd'hui à 12:44 par Essaie pas

» Qu'écoutez vous en ce moment ?
Aujourd'hui à 9:56 par Leontine

» Voyage vers l'Étrange.
Aujourd'hui à 4:14 par Karolinah

» Vos citations du moment
Hier à 23:35 par Fred'

Mots-clés
femme fois première ebook belle lesbienne jour image love films Adèle récit amour écoutez DRAGUE votre film girl saison service vidéo rennes lesbien kelysa kyss vous
Sondage

Partagez | 
 

 Lesbiennes : des femmes invisibles·?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Biloo



Messages : 19
Date d'inscription : 13/11/2014
Age : 42

MessageSujet: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 8:14

Coucou,

voici un article publié sur Causette.fr....Vous en pensez quoi ?

Lien --> Lesbiennes : Des femmes invisibles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubik's



Messages : 483
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 26
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 10:18

« Les gouines sont en train de devenir à la mode… parce qu’on y travaille ! » lance joyeusement Rag

Voilà, c'est exactement ça, un effet de mode.
Ce type d'article est bien pour une prise de conscience collective des peurs et discriminations encore existantes que subit le milieu homo. Après je ne suis pas d'accord avec tout. S'il y a moins de bars purement lesbiens c'est peut-être dû à une fréquentation moindre comparé aux bars gays.

Encore une fois on met des étiquettes et on creuse notre propre différence par rapport aux "hétéros". La différence de salaire homme/femme est un autre débat que l'on lie à celui des lesbiennes. C'est sûr du coup ça peut avoir un impact, mais ne récoltons pas tout les malheurs sur nous.

Bon, sinon c'est un bon article bien écrit, il montre aussi que les mentalités sont en train de changer mais ce n'est pas encore la grande grande libération et ça c'est bien vrai. Mais ça viendra, comme les individus de couleurs qui subissent encore des discriminations alors que cela fait des années que c'est censé être rentré dans nos moeurs.

Je ne dis pas qu'il ne faut rien dire, au contraire il faut en parler, c'est comme ça que l'on fait évoluer les mentalités. Donc, je trouve que c'est un bon article qui résume bien ce qu'il se passe, mais en même temps il fait plein de petites étiquettes, en plus de différencier hétéro/homo, on redifférencie gays/lesbiennes (vous allez me dire, mais il y a une différence ! Oui certes c'est vrai, mais je ne sais pas trop comment exprimer ma pensée).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 19:23

Je crois que la question des différences hommes / femmes est centrale dans cette histoire de visibilité.
L'éducation et la culture poussent les hommes à occuper l'espace public, a y être plus à l'aise. L'intime, le "chez soi" est culturellement plus féminin.

Il y a aussi, de part une culture sexiste, plus de méfiance des femmes les unes vis à vis des autres et ça peut rendre les rassemblements autour d'une cause plus difficile. D'autant que cette démarche demande un apprentissage quand elle sera plus évidente chez les hommes.

Les femmes, par éducation, n'occupent pas l'espace public, ne prennent pas la parole ( et quand elles le font doivent souvent jouer des coudes ou se justifier de le faire à bon escient ), considèrent que leur vie intime et la vie publique sont deux choses différentes.

Les bars / boîtes ont été massivement plus masculins parce qu'ils étaient économiquement plus rentables , parce que la culture de la fête est plus masculine ( les femmes sont montrées du doigts quand elles boivent, quand elles draguent, quand elles ont une sexualité active en dehors des clous ), parce qu'ils conçoivent aussi plus facilement l'importance de se rassembler pour être fort, se construire une identité et peser dans la balance.

Beaucoup de filles feront une fixette sur LA rencontre, évinceront toute autre problématique, auront un rapport purement consumériste au "milieu" ... et ça peut aussi se comprendre : car cette problématique va au delà de la différence sexuelle. Être homosexuelle , c'est cumuler deux problématiques sociales en une...sans compter celles qui peuvent encore s'ajouter : l'origine étrangère, le handicap physique, la situation sociale difficile etc.

En terme d’existence publique et de visibilité, il est encore difficile d'exister et de se retrouver. Les bars lesbiens sont aussi des bars avec une ambiance...souvent électrique. Les lieux qui tiennent dans le temps sont des endroits chaleureux et bien gérés, mais ils sont vraiment limités.

La Dixième Muse était un magazine sympa mais avec un contenu trop léger par rapport à son coût...il manquait de substance parce qu'il a eu du mal à ne plus être "amateur" tout en ayant une apparence de magazine plus haut de gamme. A qui ça s'adressait ?
Lesbia Magazine, avec son apparence de fanzine, a survécu pendant 30 ans ...

Au final ce qui pêche, c'est qu'il y a beaucoup d'énergies individuelles par ci par là ... mais un vrai problème quand il s'agit de trouver une cohésion de groupe. Pour une raison simple : l'éducation, la culture.

Ca évolue, mais lentement ... la marginalisation avait au moins une chose positive : elle favorisait la camaraderie, le rapprochement...parce que sans ses semblables, on se sentait isolée. Manquait l'éducation et l'argent.
Maintenant, l'éducation progresse , et la place de la femme dans la société aussi ( même si lentement ) mais la surconnexion peut éloigner les gens les uns des autres et accentuer le consumérisme.
J'essaie d'être optimiste et de me dire que, peut être, l’intérêt des bars et boîtes n'est plus là et que c'est autre chose qui va se développer , à travers le prisme de la culture et peut être d'internet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
pastelgreen



Messages : 337
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 21:51

Je suis d'accord avec minipoussin, ce qui ressort le plus dans cet article, et dans la réalité, c'est qu'il y a bel et bien une inégalité hommes/femmes, et donc a fortiori une inégalité de la visibilité gays/lesbiennes. Je ne crois pas que l'article ait été rédigé dans le but de stéréotyper ou de réaliser une "différenciation" supplémentaire, mais bien de souligner l'état actuel des choses.

minipoussin a écrit:
Je crois que la question des différences hommes / femmes est centrale dans cette histoire de visibilité.
L'éducation et la culture poussent les hommes à occuper l'espace public, a y être plus à l'aise. L'intime, le "chez soi" est culturellement plus féminin.

Il y a aussi, de part une culture sexiste, plus de méfiance des femmes les unes vis à vis des autres et ça peut rendre les rassemblements autour d'une cause plus difficile. D'autant que cette démarche demande un apprentissage quand elle sera plus évidente chez les hommes.

Les femmes, par éducation, n'occupent pas l'espace public, ne prennent pas la parole ( et quand elles le font doivent souvent jouer des coudes ou se justifier de le faire à bon escient ), considèrent que leur vie intime et la vie publique sont deux choses différentes.


Du reste... c'est sûrement ça que tu entendais par "énergies individuelles"/"endroits limités", et il y a ce passage intéressant dans l'article :

article a écrit:
Leurs soirées Wet for Me, avec leur programmation musicale pointue, rassemblent plus de 1 500 personnes à chaque événement. Mais ne vous attendez pas à ne trouver que des lesbiennes dans ces soirées branchées. Elles sont mixtes. « La visibilité, ça passe par le fait d’aller vers l’autre, tranche Rag. Le collectif a un partenariat avec Radio Nova pour ses soirées, et j’en suis ravie. »

Mais à écouter les jeunes lesbiennes, la nécessité d’avoir des lieux à elles demeure. « Pour les filles moins à l’aise, c’est essentiel d’avoir des soirées avec seulement des nanas. Elles s’y sentent plus libres d’être ce qu’elles sont », nuance Tania Lejbowicz. Marie Kirschen tient aussi à ce que les lesbiennes aient une presse qui leur ressemble, « loin des discours hétéronomés ». Et c’est pour cela qu’elle a lancé, le 12 septembre, avec une équipe de dix autres journalistes, le premier mook lesbien : Well Well Well.  « Parce qu’un mook lesbien, c’est bien, bien, bien ! » rigole-t-elle. Espérons que ces filles-là selon bien visibles…

... et je pense aussi, que s'il y avait un peu moins cette volonté de se cloisonner dans une sphère intimiste, avec uniquement cette presse ou ses séries attitrées aux lesbiennes, "loin des discours hétéronormés" - parce que cela alimente la démarcation gays/hétéros, et engendre un cercle vicieux dont on n'a pas forcément besoin (!) -, etc. etc.  mais plus une volonté d'aller vers l'autre... Ça amorcerait un mouvement, sans doute bénéfique.
Car en réalité, se confronter un peu plus à l'individu hétéro (socialement), ce n'est pas la mort non plus. Dès lors qu'il y a différence ou marginalité, il y a toujours cette tendance associée à l'auto-isolation, qui est quand même assez dommage à mon sens... et ce quand bien même il y ait un sentiment de rejet dès le départ. A un moment, je ne trouve plus forcément cela justifié.

En allant un peu plus vers l'autre, vers le "différent", au lieu de le craindre par principe qu'il nous "méprise" ou qu'il nous "intolère" (oui, je viens d'inventer un mot.), on pourrait sûrement avoir de belles surprises en retour, plus qu'on ne le pense !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 22:03

Je suis partiellement d'accord et partiellement pas d'accord avec toi, pastelgreen.

Partiellement d'accord parce que sans se montrer visible, sans aller vers les autres, sans s'assumer...on laisse justement aux autres le soin de remplir les blancs et les questionnements à notre place. Ils ne le font pas forcément pour de mauvaises raisons, mais parce qu'ils se basent sur leurs références à eux ( on ne leur offre pas la possibilité d'en avoir d'autres et on leur en veut pour ça )

Pas d'accord car je crois que nous vivons dans un monde hétéro, avec une culture hétéro, avec un entourage hétéro ... et qu'un espace ou on peut être soi, un magazine qui s'adresse à cette part de nous , un lieu où retrouver cette part de nous ... c'est quelque chose d'important.
C'est justement la possibilité de se renforcer, de se connaître, de s'instruire sur cette part de nous , qui nous permettra d'aller davantage vers les autres.

Ce qui est le plus néfaste, c'est l'immobilité et le déni de notre propre différence. L'accepter, c'est la gérer, et finalement vraiment trouver sa place dans la société, sans se sentir agressée par celle ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
pastelgreen



Messages : 337
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 22:30

Je suis dans une certaine mesure d'accord avec ton point "pas d'accord"...
... Je ne voulais pas dire que la culture ou le magazine dédié aux lesbiennes par exemple était à jeter à la poubelle Razz loin de moi cette idée ! Je parlais plus de cette tendance à l'excès, qui fait que l'on finit par s'auto-stigmatiser, en somme.

Car je ne crois pas que finir par s'identifier (parce qu'il faut bien le dire, c'est un peu ce qu'il se passe...) uniquement à sa différence va permettre d'aller davantage vers les autres... mais plutôt l'inverse. Je ne crois pas non plus que cela va inciter les autres à faire le premier pas (si tant est qu'ils l'auraient fait!), mais plutôt les inhiber (tendanciellement).

Et je comprends bien qu'il faut se renforcer, se souder mutuellement. Mais le problème est plutôt qu'en parallèle cela s'accompagne inéluctablement d'un syndrome d'antagonisme naturel avec l'Autre, l'"hétéro", auquel on tient absolument à se désidentifier, qui souvent vient nourrir l'agressivité de la société (qui perçoit ça d'autant plus comme une différence, et donc est d'autant plus sur la défensive). C'est un peu ça que j'entendais par cercle vicieux.
Et nous lesbiennes étant une minorité, cela ne nous rend pas forcément plus fortes, dans l'absolu, mais vient plus jouer en notre défaveur, si l'on considère le rejet encore plus exacerbé qui en découle...

En gros, le compromis entre "soutien mutuel" et "mobilité" (--> aller vers l'autre) serait parfait.  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 22:35

Smile

Oui, j'ai toujours pensé, que quelque soit le groupe, ou ici "le milieu" ... il fallait avoir "un pied dedans, un pied dehors" pour ne pas se perdre de vue en tant qu'individu , tout en puisant ( et en donnant ) sa force dans le groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
pastelgreen



Messages : 337
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Mer 19 Nov - 22:36

Nous voilà réconciliées Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lesbiennes : des femmes invisibles·?   Aujourd'hui à 13:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Lesbiennes : des femmes invisibles·?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gainsbourg à travers les femmes de sa vie
» Métiers de femmes
» Le pire cauchemar des femmes? Devenir chauve!
» les femmes en chansons
» pétition pour soutenir les sages-femmes en colère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde est Lesbien :: Zone de partage :: Echanges-
Sauter vers: