AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 L'automutilation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: L'automutilation   Dim 7 Fév - 2:24

Bonjour à toutes,

Avant que les modératrices et l'administratrice me tombent dessus pour défaut de présentation, je tiens à préciser que je me suis déjà présentée mais sous un autre pseudo...
Alors oui les multicomptes c'est mal mais je tiens à conserver mon anonymat sur un tel sujet. Vous pourrez supprimer ce compte après si vous le souhaitez mais j'ai besoin de parler de ça. Je n'en ai jamais parlé à qui que ce soit.

Cela fait un long moment que je "lutte" avec ce problème et je ne sais pas comment m'en sortir. Quand bien même je réussis souvent à réfréner ces envies, elles se font de plus en plus pressantes ces derniers temps...

Je me sens mal, j'ai mal et j'ai besoin d'évacuer ce mal, comme si la douleur que je pouvais ressentir en moi aller être évacuée par une douleur que je me cause moi même. Comme si en me faisant mal, je pouvais faire sortir celle qui me ronge de l'intérieur et s'insinue comme du poison.

En pratique comment cela se traduit ? Pour l'instant pas d'entailles ou autres scarifications. Juste des marques qui s'estompent, des bleus... Des choses peu visibles à des endroits pas visibles pour ne pas attiser la curiosité, susciter les questions... Parce que je ne me sens pas capable de m'expliquer, de justifier ça, et que je ne veux pas qu'on me prenne pour une folle ou qu'on ait pitié et que je ne veux pas garder de traces de ces moments où je vais mal.

Le problème, et c'est pour cela que j'écris "pour l'instant", c'est que j'ai l'impression que ça ne me suffit plus et j'ai peur d'aller plus loin...J'en ai d'autant plus peur que j'en ressens le besoin.

Alors je lis, je me renseigne, et je tombe souvent sur des sites peu sérieux ou autre mais pas de solutions ou de réponses concrètes.

Je devrais aller voir un psy surement, peut être que de parler m'aiderait, peut être que simplement écrire m'aiderait ou faire du sport ou je ne sais pas...

Je suis perdue en réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moox



Messages : 1364
Date d'inscription : 29/01/2016
Age : 23
Localisation : angers

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 2:54

Prenons le risque de dévoiler une partie de soi pour laquelle je me confie peu aussi, si cela peut t'aider.

L'automutilation est clairement une réponse à la douleur, un moyen de la faire s'échapper, d'avoir une emprise dessus, d'en avoir le contrôle.
Pour ma part, je me mordais, ça peut prêter à sourire, paraitre illogique ou absurde au début, mais cela a un sens pour moi : le contrôle de la douleur. plus tu te mord, plus tu as mal, moins tu serres les dents, moins tu as mal, tu as le contrôle alors que dans ta vie, tu n'a plus aucun contrôle sur toute cette douleur que tu ressens.
Bien sûr, tout comme toi, je faisais en sorte que le lendemain matin (c'était souvent la nuit), rien ne se voit, aucune marque, des vêtements les cachant.. ( je cognais dans des oreillers ou par terre aussi)
un jour cela s'est vu, enfin, moi, je le voyais, c'était minime, une trace de dent sur mon poignet qui était resté, au jour d'aujourd'hui, j'ai la sensation de la voir encore, comme si elle restait la en témoignage de ce que j'ai fait.

Suis-je allée plus loin ? oui, je me suis scarifiée avec un ciseaux, je m'étais juré de jamais en arriver à ce point, et c'était arrivé, cela m'a devasté un peu plus, j'ai eu vraiment honte de moi.
et j'ai écrit, j'ai pris un tas de feuille de brouillon, et j'ai écrit, tout ce qui me passait par la tête,cela n'avait ni queue ni tête, mais fallait que ça sorte, c'était illisible, je ne l'ai pas relu, mais j'ai rempli 7 feuilles en moins de 10 minutes. j'ai pleuré, beaucoup aussi, crié, frapper dans un coussin, j'avais besoin que ça sorte.

habituellement, ma soupape de sécurité, c'est de me défouler, le sport, malheureusement, je ne peux plus, alors souvent, j'écris, je cries, je chiale.


Aller voir un psy ou en parler à quelqu'un ? vraiment, ça aide, tu n'es pas obligé de tout dire, de parler spécifiquement de cela, tu en aura honte, car je pense qu'on en a tous honte à un moment donné, mais si tu en arrives la, c'est parce que tu es à court d'armes pour te battre, et donc, que tu as besoin d'aide, et besoin d'évacuer.
fais du sport, crie, mets toi à la relaxation, parles-en, il y aura bien un truc qui te fera aller mieux, mais ca va prendre du temps.

Quand au fait d'aller vraiment plus loin, de passer à l'acte, cela te traversera peut -être l'esprit, soit comme un appel à l'aide, soit vraiment, comme une évidence que c'est ta solution pour ne plus souffrir. fixe toi un objectif, réalisable, qui te tiens vraiment à coeur, sur du moyen terme, quelques mois. cela t'aidera à tenir, a avancer, au jour le jour, pas à pas. pour te laisser le temps de faire le point et d'essayer d'aller mieux. je ne peux pas te dire ce qui arrive une fois cet objectif réalisé, je m'en étais fixé deux, et l'un des deux est de ne pas faire connaitre d'autres deuils à ma grand-mére, celle ci étant toujours en vie, chaque jours, je me bat pour elle. je ne sais pas ce qui arrivera le jour ou elle partira, bien sur, cela me fait peur, parce que c'est l'inconnu, mais j'espere que ce jour la, j'aurai totalement repris ma vie en main, que je l'aurai accepté et prête à revivre pleinement.


Surtout une chose, parles en, a des personnes qui sauront t"écouter, sans te juger, même si cela lees blesse de te savoir faire ça, mais ne reste pas seule, il y a des choses trop difficile à gérer sans soutien, crois moi, je sais de quoi je parle.
c'est pas une honte de faire une dépression, on est juste des humains, pas des surhommes et il y a des choses trop lourdes à porter sans avoir besoin d'aide, bien sur, c'est compliqué d'accepter d'être aidé, car on ne veux pas faire vivre une partie de l'horreur qu'on vit à d'autres personnes, mais c'est important.


la vie est belle, je l'ai souvent perdu de vue, mais chaque jour, tu as au moins un moment ou la vie est belle, même des micros choses anodines, mais savoures chaque moment ou tu te sens bien, ces petites bulles d'oxygéne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Ange



Messages : 81
Date d'inscription : 25/10/2015
Age : 33
Localisation : Paris ou presque

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 9:09

Je ne connais pas de tels cas, dans mon entourage proche ou lointain. Je tiens tout de même à laisser un message car ton témoignage me touche, tu as décidé d'en parler malgré une "honte" de toi que tu ressens.

Le fait d'en parler montre que tu es consciente de cette situation,même si elle t'échappe, mais ça implique que tu souhaites t'en sortir!! C'est important!!

C'est un beau partage que tu fais ici Moox, ça ne doit pas être facile d'exprimer tout cela.

Bon courage Citiz3n, j'espère que tout va s'arranger pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 10:46

En premier lieu, je crois qu'il faut en finir avec la honte.
C'est un acte pulsionnel , qui t'arrive à toi, comme il arrive à d'autres...comme il peut s'exprimer autrement chez d'autres ( l'anorexie, la boulimie etc. ) .
Et comme tout ce qui indique une perte de contrôle, ça fait qu'on se sent plus faible, moins "normale" que les autres...mais en réalité, ils sont nombreux à faire et vivre ce que tu vis, sans que ça se sache ou se voit.

Tu as mal intérieurement et ça s'exprime extérieurement. Parce que la douleur physique, ça se voit, ça se sent, ça s’atténue ... Je crois que quand on se fait mal physiquement, c'est le moyen de détourner l'attention de notre esprit vers quelque chose de plus concret, de plus contrôlable aussi que la douleur morale.

Au final, il faut que tu travailles sur la vraie cause de ta douleur, pas nécessairement sur l'automutilation. Cette pulsion s'arrêtera d'elle même quand tu ne souffriras plus intérieurement.
La question c'est qu'est ce qui te fait mal ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 11:18

Il faut identifier la cause du mal être mais mettre des mots dessus n'est pas toujours évident.
J'ai été très mal pendant quelques années, j'étais incapable de dire concrètement ce qui n'allait pas.
Rien n'allait pas, mais tout allait mal.
J'me sentais mal, renfermée, emprisonnée dans un corps, comme si le vrai moi était a l'intérieur et ne pouvait pas sortir.
J'n'ai pas connu l'automutilation à vouloir me faire mal volontairement en me coupant, brulant ou autres, bien que se ronger les ongles, la peau des doigts et la peau des lèvres, soient considérer comme une forme d'automutilation.
Ca me servait sans doute à évacuer la tension en moi, j'en sais fichtrement rien en fait ! C'tait quasi inconscient, genre, une habitude difficile a controler.
Mais ca a disparu quand j'ai été mieux donc je suppose que c'tait lié !

J'ai connu une amie qui se scarifiait jeune et qui en commencant a fumer a cessé, ca a calmé son esprit, alors j'te dit pas de t'enfumer le cerveau mais c'est juste pour dire que je pense qu'il y a moyen de trouver un autre procédé pour soulager ton mal être.
Le sport ? Oui pourquoi pas, si, on aime le sport de base, ce qui n'est pas donné a tout le monde.

Quand tu dis que tu as besoin d'aller plus loin, c'est de te faire plus mal, c'est ca ?
Personne pourra t'empêcher de le faire si tu veux vraiment le faire, tu dis que tu en as peur, peut être qu'a passant a l'acte ca te fera un genre de déclic, ca te fera peur et tu recommenceras plus ?

Y a t'il des moments précis de la journée ou tu penses a ca ?
Ca arrive comme ca ? Ou après avoir pensé a quelque chose de particulier ?

Parler est une bonne arme, c'est certain, de la a aller voir un psy ?
Hum ... J'n'ai jamais été très psy, pourtant j'ai consulté une fois, j'ai parlé, pas de tout, beaucoup pleuré, il m'a demandé s'il était nécessaire de me faire hospitaliser, j'ai répondu que non, j'avais un deuxième RDV de prévu j'y suis jamais retourné !
J'ai tellement pas parlé et ignoré le mal etre qui me rongeait que de l'avoir balancé d'un coup a tout le monde, d'avoir explosé, j'sais pas, ca a du me suffire, qu'on reconnaisse ma souffrance.
Parce que oui ca se voit pas, mais elle était bien la.

Vouloir te faire mal, c'est rendre ta douleur visible, pour toi mais aussi risquer qu'elle le soit pour les autres.
Peut etre qu'inconsciemment t'as un peu envie qu'on te pose des questions dessus ?
Surtout si ton mal être n'est pas visible et que t'es quelqu'un d'hyper sociable, qui rigole tout le temps tout ca !

Bon après je sais pas hein, j'te donne des pistes de réflexions, j'suis p't'etre totalement dans le faux !
Revenir en haut Aller en bas
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 12:40

Bonjour à toutes,

Avant toutes choses, je tiens à vous remercier sincèrement pour vos réponses et pour le temps que vous avez pris pour les formuler. ça me touche et quelque part, ça me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à traverser ses épisodes et que d'autres personnes l'ont également vécu et en sont sorties.

Moox,
Merci d'avoir dévoiler une partie de toi. Je me reconnais dans tes écrits, le contrôle de soi, de la douleur et cette impression de ne rien contrôler dans sa vie, ce défaut de maîtrise qui s'avère plombant. Le but ici n'est pas de se victimiser mais simplement de constater que notre vie nous échappe pour une (ou des) raison qu'on ignore.
La scarification, c'est ce qui me fait "peur" car j'ai l'impression d'avoir ce besoin de voir mon sang couler en emportant avec lui le mal qui me ronge. C'est assez métaphorique au final, comme si mon sang était porteur de ma douleur psychologique... ça n'a pas de sens en pratique mais symboliquement...

Le problème c'est que je ne sais pas à qui en parler... je n'ai pas de véritables "confidents" ou des personnes en qui j'estime avoir suffisamment confiance pour aborder ce sujet ou mon mal être en général. Il est absolument hors de question que ça soit quelqu'un de ma famille et pour les autres... J'ai pensé en parler à une amie avec qui j'échange beaucoup mais ces dernières réponses "à côté" de la plaque au cours de mes discussions m'ont fait abandonner l'idée. Clairement, elle ne serait ni capable de comprendre mais problème, ni capable d'apporter des réponses qui m'aideraient (au risque même de ne pas m'aider du tout si elle se montre maladroite dans ses propos).

Je vais savourer ces instants même si en ce moment, je n'en vois pas, même de micro moments au sein d'une journée. J'ai l'impression de trainer ma misère et c'est une sensation des plus désagréables parce que quelque part je ne me reconnais pas, j'ai l'impression de m'être perdue moi même.



Petit Ange, merci pour ton message de soutien, tu es adorable Smile


Minipoussin,
En finir avec la honte, j'aimerais bien mais ce n'est pas évident. Comment ne pas avoir honte lorsque l'on vit dans une société qui passe son temps à juger tout et tout le monde pour le moindre prétexte ?
Ce sentiment de honte, beaucoup doivent le ressentir car comme tu le dis, il peut se manifester de très nombreuses manières mais, si tu regardes, personne n'en parle. J'ai cherché sur le forum pour voir si ce sujet avait déjà été abordé mais, sauf erreur de ma part, tel n'a pas été le cas. Je n'ai pas cherché pour les troubles de l'alimentation mais je pense qu'ils n'ont pas été abordé également. Le problème est que nous sommes dans une société d'apparence et que la moindre "faiblesse" te conduit à la lapidation en place publique. Donc les gens restent terrer dans leur mal-être et font bonne figure en public.
C'est pour cette raison que je trouve ça bien que des forums qui permettent de conserver son anonymat permettent à certaines qui vont mal d'évacuer leur mal-être, de parler, de se "confier" sans avoir peur d'être jugée car elles restent "protéger" derrière leur pseudo.

Qu'est ce qui me fait mal ? plein de choses, une impression générale de non maîtrise et peut être le ras-le-bol de faire semblant que tout va bien justement. Ce devoir de maintenir une façade. Peut être suis-je trop rigoureuse et stricte avec moi même en ne m'autorisant aucune faiblesse ? comme si j'avais un rôle à tenir, une place à garder ?
Je pense qu'il faut que je mette par écrit toutes ces choses qui me trottent en tête et tout comme Moox, je pense que je noircirais des pages entières tellement j'ai de choses qui me polluent l'esprit et m'empêchent de vivre ma vie pleinement et sainement.
"Mens sana in corpore sano" un jour j'y arriverais peut être...


Alexplosif,
Je me reconnais dans ta description du mal être et cette impression d'être prisonnière d'un corps qui ne t'appartient plus réellement.
Le tabac, je ne pense pas m'y mettre ^^
Le sport, je m'y étais remise mais des contraintes font que je n'y vais plus autant que j'ai pu le faire. Résultat, j'ai perdu cet échappatoire que j'avais (du moins, pour le moment).

Oui, quand je dis d'aller plus loin, c'est de me faire plus mal. Comme je le disais plus haut, l'impression que la vision du sang qui coule emportera avec elle la douleur que je ressens. Peut être que comme tu le dis, cette vision aura l'effet d'une bombe sur moi et que je ne voudrais plus recommencer mais quelque part, je pense que je le vivrais également comme un échec de ne pas avoir réussi à m'arrêter avant...

En général, je ne le contrôle pas, c'est lorsque je ne m'occupe pas, lorsque je laisse mon esprit vagabonder, que je ne "contrôle" pas mes pensées. Encore une fois, tout est une idée de contrôle. Mais lorsque cette idée est arrivée, j'ai l'impression qu'il est trop tard et je lutte contre moi même. Lorsque je ne suis pas seule chez moi, ça va... car comme je le disais, je ne me vois pas passer à l'acte à l'extérieur au risque qu'on me voit...

Je ne pense pas avoir envie que ça se voit puisque je fais tout pour que justement on ne puisse pas le voir. Je pense que si on m'interrogeait sur le sujet, je nierais en bloc ou je serais incapable d'expliquer mon geste.

Tu n'es pas totalement dans le faux et ton aide et celle des autres membres m'aident beaucoup. Je vous remercie les filles pour le temps que vous prenez à me répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moox



Messages : 1364
Date d'inscription : 29/01/2016
Age : 23
Localisation : angers

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 12:50

Miss,

C'est un sujet délicat, et il faut que tute dises quelque chose, que j'ai mis longtemps à accepter : ce n'est pas parce que tu te scarifie, que tu t'auto-multile, que tu ne veux rien, que tu es une sous merde incapable de controler ça.
L'auto-mutilation est une réponse comme tant d'autres certains vont boire, d'autre fumer, d'autre encore aller conduire vite, tout cela pour se sentir vivant, et sentir qu'on a encore un contrôle sur quelque chose dans notre vie.
la scarifictino m'a mis personnellement un froid dans le dos, je suis tombée plus bas que terre, le jour ou j'ai pris ces ciseaux, cela ne s'est jamais reproduit, car ce jour la, j'ai su qu'il fallait que je me batte le plus fort possible pour ne pas en revenir la, j'ai pas arreté de m'auto-mutilé, mais j'y mettais des limites à pas franchir, et la volonté de se respecter quand-même, joue beaucoup.

trouve toi un echappatoire, l'écriture, lire, courir, gueuler, taper dans quelque chose, la corde a sauter, écrire, n'importe, mais il te faut une autre soupape de sécurité.

et tu peux en parler à ton médecin, la mienne a été géniale, ou aller dans un centre d'aide psychologique, ce n'est pas une tarre, admettre que l'on a besoin d'aide est un pas très compliqué, mais important, seule, c'est pas vivable.

pour ce qu'il s'agit des ptites bulles d'oxygéne au quotidien, ca peut êtr epas grand chose, voir le soleil, croisier un ptit écureuil, entendre une chanson, quelqu'un dans la rue qui te dis bonjour en souriant, croisier une jolie demoiselle, se sentir quelques secondes à nouveau soi, et plus cette personne qu'on ne reconnait pas dans le miroir, car on fini toujours par ne plus se reconnaitre dans le miroir, a un moment on sait qu'en soi, on est plus celle que l'on est en général, ca peux briser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 13:23

Je parlais pas de cigarette XD
Justement je disais pas ca pour que tu sombres dans un autre problème, parce que passer de l'auto mutilation a boire, fumer ou autres, c'est pas une vraie solution, dans le sens ou c'est régler un soucis en s'en créant un autre !
Mais ca veut bien dire qu'on peut s'en sortir en s'évadant dans autre chose, a toi de trouver cette chose positive !
Ca peut être s'investir dans un sport, dans une association, dessiner, chanter, jouer d'un instrument de musique, en quelque sorte, contrer les pensées négatives et les effacer en s'occupant l'esprit dans quelque chose qu'on aime !
Je rejoins Moox.

Après on peut pas s'occuper l'esprit H24.
Au moment de dormir quoi qu'il arrive tu cogiteras.

Aller mieux ca se fait pas en un claquement de doigt.
C'est un chemin difficile et je crains qu'il n'y ait pas de solution miracle à part s'armer de patience et à essayer de garder à l'esprit que ca ira mieux au fil du temps.
Rencontrer quelqu'un est bon remède, a deux on est plus fort, ca règle certains problèmes, ca fait remonter l'estime de soi, mais bon ca aussi, ca se trouve pas comme ca ...

Revenir en haut Aller en bas
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 17:45

Moox,
L'absence de contrôle, l'impuissance et le fait de subir le choix des autres... malheureusement ce sont des sentiments qui me dominent en ce moment. Je pensais que ce problème que j'avais déjà rencontré je ne le retrouverais plus... malheureusement il est revenu et plus fort que ce que j'ai ressenti auparavant et je pense que c'est ce regain qui me fait peur, que le "contrôle" que j'ai sur mes actes je le perde et que je me blesse de façon plus profonde.
La volonté de se respecter, je la comprends, mais quelque part j'ai l'impression de la refouler dans un coin de mon esprit et c'est davantage un sentiment de "mériter" cette douleur qui domine. Comme si mon esprit me disait : tu as mal et c'est tout ce que tu mérites.

Il faut que je me trouve cette soupape de sécurité comme tu le dis, quelque chose pour me vider l'esprit mais en ce moment je n'ai le coeur à rien et chose assez contradictoire, j'en ai marre de me lamenter. J'ai envie de passer à autre chose mais je replonge sans cesse...

J'ai des amies qui voient que je vais mal et que ça va en se dégradant... cette après midi je suis sortie pour me changer les idées et être avec elles mais je suis là sans être là. J'ai l'impression d'être un fantôme et elles me disent qu'elles voient que je ne suis pas là. Je ne suis pas restée longtemps parce que j'avais besoin de rentrer chez moi et de me retrouver celle. Je n'ai pas envie de gâcher le moment où elles sont ensemble parce que moi je vais mal, je n'ai pas à leur infliger mon mal être.

Pour ce qui est de la bulle d'oxygène, j'aimerais, je l'avoue en trouver une mais pour le moment mon esprit est focalisé sur une seule chose, et cette seule chose qui pourrait me faire aller mieux, je sais que je ne l'aurais plus. Mon esprit ne veut pas intégrer ce fait.


Alexplosif,
Désolée, j'avais mal compris ^^
Je vais tacher de trouver cette chose qui me fera penser à autre chose...

Comme tu le dis, ça ira mieux au fil du temps mais pour le moment je suis sur la mauvaise pente. Et pour ce qui est de trouver quelqu'un, je n'en ai pas du tout envie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 18:39

Tu parles d'une chose qui te permettrait d'aller mieux...mais n'est ce pas justement le fait d'avoir "besoin" d'autre chose que de toi même qui est le mal en soi ?

Parce qu'il est des tas de moments dans la vie, où l'on va plus ou moins bien , suite à des crises, des deuils, des ruptures etc.. alors oui, on a le droit d'aller mal par moment. Mais il y a une conscience à prendre sur soi...le fait que l'on est capable de tenir debout seule malgré tout et quelques soient les circonstance.

Il te faut sans doute un but, un projet...quelque chose de constructif , qui te fait avancer et te rende fière de toi. Un Everest perso à gravir.

Il y a des périodes où l'on survit plus qu'on ne vit. Ce sont des étapes à franchir.
Tu te rendras peut être compte un jour que pour tenir tu n'as "besoin" de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 20:45

Si, surement... tu n'es pas la première à me dire que l'on a besoin de personne d'autre que de soi-même. Mais dans le cas présent, ce n'est pas mon état d'esprit et je ressens réellement un "besoin". Et quand je pense "besoin" ce n'est pas nécessairement dans le sens de recevoir de cette chose ou de cette personne mais dans le sens où j'ai besoin, au contraire, de donner quelque chose. J'ai du mal à concevoir d'être là uniquement "pour moi", ce n'est pas dans ma nature, besoin de partager, d'échanger et de prendre soin.

J'ai du mal avec la notion d'être fière de soi, beaucoup de mal même. Si on fait quelque chose c'est qu'on a à le faire, qu'on ressent le besoin de le faire pour une raison X ou Y mais après, est ce qu'il y a un sentiment de fierté à ressentir derrière alors qu'au final on a simplement fait ce qu'on avait à faire ?
Je n'ai jamais été fière d'avoir réussi à un examen ou à une compétition parce que pour moi c'était normal et c'est ce que j'avais à faire.

Je suis dans une de ces phases de "survie", malheureusement, je pensais en être sortie et ne plus y retourner. C'est un échec. Autant je ne ressens aucune "satisfaction" à réussir quelque chose, autant l'échec est quelque chose de marquant pour moi, quelque part ça me renvoie à l'idée que je ne suis pas capable de réussir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 21:06

Quand tu dis "j'ai fait ce que j'avais à faire" , il n'y a aucune notion de plaisir là dedans. C'est plus "j'ai fait ce qu'on attendait de moi" , mais toi qui es tu et qu'est ce qui te fait plaisir ?
L'autre, c'est un peu une cerise sur le gâteau , un complément à quelque chose de complet ( toi )

Je conçois l'idée que ce qui est partagé, où que ce que l'on donne de soi à l'autre est un grand plaisir en soi ... mais il y a une différence entre ce qui épanouit et ce qui tient de la fuite.

Essaie de donner un autre regard à ce problème. Il n'y a pas qu'une façon d'observer une situation.
Demande toi ce que tu ferais si tu devais concevoir une vie entière seule...que ferais tu pour la rendre plus agréable ? Que ferais tu pour te sentir bien ?

Parfois on a le sentiment que la solution est ailleurs, en dehors de soi, chez ce que d'autres peuvent nous donner...essaie d'être cette autre personne pour toi même.

Je te dirais, je n'ai pas toujours été au petit soin pour moi même et je continue à avoir du mal.
Je me suis automutilée à une époque. J'ai aussi ressenti ce besoin d'aller chercher partout ailleurs qu'en moi ... mais sans pouvoir dire "je n'ai besoin de personne" , parce que tout le monde a besoin de contact...j'ai appris à voir les choses autrement : valoriser ceux qui étaient là plutôt que ceux qui "brillaient" un moment et qui disparaissaient, prendre du plaisir là où il se trouve, prendre plus soin de moi et voir que je ne m'en portais que mieux au quotidien.

Au début, certains comportement relèvent de l'exercice. Effectivement, "on fait ce que l'on a a faire" ... et puis on transforme ça en automatisme bienveillant ( pour soi ). Et plus on avance, à son rythme, plus on sait d'où on vient et ce que l'on a appris...plus on parvient à se donner de la valeur.

Tu es quelqu'un qui a des amis qui tiennent à toi ... tu vaux quelque chose à leurs yeux. Tu leur apporte du positif , c'est que tu en as à donner.

Un échec, c'est juste un échec, ça ne remet pas tout en cause. Parfois il faut laisser glisser et continuer à avancer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 21:18

Effectivement, il n'y a aucune notion de plaisir, juste un constat d'un tâche accomplie.

"Mais toi qui es tu et qu'est qui te fait plaisir ?"
Je pense que je suis incapable de répondre à cette question. Ce qui me faisait plaisir, je pensais l'avoir trouvé et maintenant que je ne l'ai plus, je me demande s'il est possible que je trouve un substitut, une façon autre d'éprouver du plaisir. Quelque part, j'ai l'impression de subir ma vie, de faire ce que je fais car c'est ce qui doit être fait, comme si mon libre arbitre et l'idée même de me faire plaisir n'était pas quelque chose dont je disposais. Tout le monde l'a bien évidemment, c'est juste que chez moi, elle est occultée, reléguée au 10 millièmes plans.
Qu'est ce que ça apporte aux autres que moi je me fasse plaisir ?
Je prends plaisir à faire des choses pour les autres mais pas à en faire pour moi.

A quoi ça sert de se donner de la valeur si on ne peut la partager avec personne ? Je ne vais pas me regarder dans un miroir et me dire : tu as réussis ta vie, tu es bien foutue, ou tu as fait ça pour ton bien. Ce n'est pas envisageable pour moi.

Oui j'ai du positif à donner aux autres car c'est ce qui m'importe, me donner du positif à moi même... je ne vois pas trop l'intérêt en réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullah



Messages : 712
Date d'inscription : 25/10/2015
Age : 36
Localisation : anywhere, anyway

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 21:34

Citiz3n a écrit:

"Mais toi qui es tu et qu'est qui te fait plaisir ?"
Je pense que je suis incapable de répondre à cette question. Ce qui me faisait plaisir, je pensais l'avoir trouvé et maintenant que je ne l'ai plus, je me demande s'il est possible que je trouve un substitut, une façon autre d'éprouver du plaisir. .

Sans parler de ce qui te ferait plaisir, est ce que tu sais de quoi tu as besoin? Objectivement, saurais-tu faire le point de ce qui te manque et déséquilibre ainsi ta vie?
Tu dis avoir trouvé ce qui te faisait plaisir puis l'avoir perdu: qu'est ce que c'était et comment l'as tu perdu?
Plutôt de rechercher un substitut, est-impossible de retrouver ce même truc qui te faisait prouver du plaisir?


Dernière édition par Lullah le Dim 7 Fév - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 21:38

Je pense qu'il faudrait que je me pose face à une feuille pour répondre à cette question, en espérant que les réponses me viennent.

"Plutôt de rechercher un substitut, est-impossible de retrouver ce même truc qui te faisait prouver du plaisir?"
Non, malheureusement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 22:00

Citiz3n a écrit:

Qu'est ce que ça apporte aux autres que moi je me fasse plaisir ?
Je prends plaisir à faire des choses pour les autres mais pas à en faire pour moi.

A quoi ça sert de se donner de la valeur si on ne peut la partager avec personne ? Je ne vais pas me regarder dans un miroir et me dire : tu as réussis ta vie, tu es bien foutue, ou tu as fait ça pour ton bien. Ce n'est pas envisageable pour moi.

Oui j'ai du positif à donner aux autres car c'est ce qui m'importe, me donner du positif à moi même... je ne vois pas trop l'intérêt en réalité.

Qu'est ce que ça apporte aux autres que tu te fasses plaisir ou que tu sois épanouie ?

Tu préfères un jardin abandonné ou un jardin fleurissant dont on s'est occupé avec attention quand tu veux te poser quelque part ?

Tu ne peux rien donner aux autres si tu n'es pas toi même "emplie" de quelque chose. Tu ne donnes pas, mais tu te caches.
Ça te rendra attirante pour les mauvaises personnes, celles qui sont tellement emplies d'elles même que ça déborde. Celles qui pourront utiliser ces failles. Celles qui te feront te sentir encore moins importante que tu ne te sens.

A quoi ça sert de se donner de la valeur ... à être bien tout simplement. On passe plus de temps avec soi même qu'avec qui que ce soit d'autre. A être suffisamment bien soi même pour donner quelque chose de profond, de solide, de réel aux autres.
A choisir à qui l'on donne de soi...aux personnes qui nous apportent aussi du bien. A pouvoir faire la distinction entre ces personnes qui nous font du bien et celles qui sont toxiques et sont justes une diversion à notre vide intérieur.

Si je ne me trompe pas, ton mal être actuel fait suite à une rupture sentimentale ou quelque chose de cet ordre.
Pour aller mieux, il va falloir un peu de temps...déjà pour panser la blessure de la rupture, et ensuite pour apprendre ce qui est bon pour toi, seule.
Ou alors tu vas te jeter sur le premier pansement venu et ça ne sera que partie remise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
Lullah



Messages : 712
Date d'inscription : 25/10/2015
Age : 36
Localisation : anywhere, anyway

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 22:06

C'est une personne que tu as perdue?

Laisse tomber la recherche de substitut alors; il ne fera que te rappeler qu'il en est qu'un (substitut). Et s'il est impossible de retrouver ce que tu as perdu, il te faut chercher autre chose, passer à autre chose. Je suis d'accord que c'est plus facile à dire qu'à faire. Mais je pense que tu as besoin de t'aimer et de t'aider, de te pardonner... l'intérêt de te donner du positif à toi-même, c'est pour te sentir mieux dans ta peau. Tu es la personne la plus importante pour toi-même, les autres passent après... une peu d'égoïsme ne te ferait pas de mal!

Oui, écrire peut être libérateur. Il m'est arrivé de le faire quand qlq chose me pesait sur le cœur et que j'avais du mal à le verbaliser. Ça a été une façon d'exorciser.

Relève toi citizen, tu as beaucoup à faire pour toi-même!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 22:20

Mes amies sont déjà là sans que je prenne nécessairement soin de moi. Je comprends parfaitement ta comparaison avec le jardin mais les gens ne sont-ils pas plus tourner vers leur confort et leur bien être que vers celui des autres ? Clairement je ne me reconnais pas dans cette conception égocentrique.

On peut être emplie de bienfait mais que ça soit uniquement destiné aux autres non ? ça ne me parait pas antinomique.
Tu n'es pas la première personne à me dire que mon état d'esprit va m'attirer de mauvaises rencontres... mais tu me demandes de changer ma nature profonde en quelque sorte et je ne suis pas sure d'en être capable.

Je n'ai clairement pas envie de me jeter sur le premier pansement venu... je ne veux pas de pansement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minipoussin



Messages : 725
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 37

MessageSujet: Re: L'automutilation   Dim 7 Fév - 23:24

Citiz3n a écrit:
mais les gens ne sont-ils pas plus tourner vers leur confort et leur bien être que vers celui des autres ? Clairement je ne me reconnais pas dans cette conception égocentrique.

On peut être emplie de bienfait mais que ça soit uniquement destiné aux autres non ? ça ne me parait pas antinomique.
Tu n'es pas la première personne à me dire que mon état d'esprit va m'attirer de mauvaises rencontres... mais tu me demandes de changer ma nature profonde en quelque sorte et je ne suis pas sure d'en être capable.

On ne change pas dans la vie, mais on évolue tout au long de sa vie ( si on le souhaite )

Ta nature profonde est peut être altruiste, mais pour être altruiste il faut avoir quelque chose à donner.

En d'autres termes : il faut savoir être égoïste pour savoir être altruiste.
Il y a d'ailleurs une part d'égoïsme dans ton altruisme, puisque c'est ta façon de te "remplir" de quelque chose.

Ce n'est pas une question de nature, c'est une question d'équilibre.

Le tout noir ou tout blanc n'existe pas. Chaque acte positif que nous faisons à des racines plus sombres. En réalité, on le vit plus sainement quand on en a conscience.

Si ça te fait du bien de t'occuper des autres, si ça t'épanouit, si ça te fait te sentir une meilleure personne, ok . Mais accepte d'en prendre conscience. Et ne te cache pas derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://confidentielles.lightbb.com/forum
Citiz3n



Messages : 8
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 36

MessageSujet: Re: L'automutilation   Mer 10 Fév - 0:25

Bonsoir Minipoussin,

désolée de ne pas t'avoir répondu plus tôt, j'ai eu un emploi du temps professionnel plutôt chargé ces derniers jours et une très grosse déprime hier soir...

Je te rejoins sur le fait qu'on évolue toute une vie, si tant est qu'on en ait envie mais après, on ne peut pas changer notre nature profonde je pense. Celle-ci, aussi masquée soit-elle, réapparaitra toujours un jour ou l'autre, plus ou moins discrètement.

Je me remplis de quelque chose en effet, je me remplis de pouvoir aider et d'avoir rendu service. Je n'attends rien en retour mais je suis heureuse d'avoir pu aider.

Je ne me cache pas derrière, ou du moins, je n'en ai pas conscience. Le problème est qu'à force d'être gentille et serviable avec tout le monde, je finis toujours par me prendre un mur...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'automutilation   Aujourd'hui à 1:15

Revenir en haut Aller en bas
 
L'automutilation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde est Lesbien :: Zone de partage :: Santé-
Sauter vers: