AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'alcool....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gold44



Messages : 126
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 22
Localisation : à l'ombre de la lumiere

MessageSujet: L'alcool....   Sam 29 Oct - 12:59

Hier soir j'ai été diner avec des amis,jusque la tout se passait bien, mais on a décidée de se rendre en boite pour decompresser et c'est la que tout as degénéré,j'ai commencer a boire mais boire beaucoup, résultat j'ai vomie partout et je me suis faite virer de la boite sous le regard ahurie des gens Sad,j'etais agressive et plusieurs fois je me suis enfuie maintenant que je suis sobre je me rend compte de mon comportement et franchement je me dis que je n'ai pas pue agir ainsi puisque en genérale je suis quelqun de calme et de discrète...
J'avais juste besoin d'en parler car je me sens assez mal depuis Crying or Very sad ,ils me demandent tous pourquoi j'ai agit ainsi mais ce que ils ne comprennent pas c'est que quand j'etais saoul au moins je pouvais oubliéee tous mes problèmes et je pouvais enfin existée enfin bref c'est vraiment confus dans ma tete la :coupable:
Alors voila je me demandais pour vous l'alcool est t-il la meilleur des solutions pour oublier ses problemes???? qu'en penser vous?????[justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 14:35

L'alcool a une effet deshinbant, a fortiori, forcément, sur les personnes de caractère naturellement timide ou reservé. Je crois que cette sensation de l'interdit disparu existe pour tout le monde, mais se voit beaucoup plus chez les personnes très peu extraverties ...
Après, tu sembles en parler comme si tu ne buvais pas si souvent que ça (dis moi si je me trompe, hein) auquel cas tu risques effectivement de te rendre facilement malade puisque tu ne connais pas trop tes limites en matière de quantité ...
De mon point de vue c'est un moyen de se débarasser des ses problèmes et de se deshiniber, ok, mais il ne faut pas oublier que c'est d'abord très temporaire (tes soucis seront toujours là demain), et en suite que c'est quand même dangereux ... même sans parler de coma éthylique, tu peux facilement te réveiller le lendemain dans le pieu d'un(e) inconnue ...
Revenir en haut Aller en bas
gold44



Messages : 126
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 22
Localisation : à l'ombre de la lumiere

MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 17:59

Oui...C'est bien cela Strom l'alchool j'y ai jamais touchée c'etait ma premiere fois...j'etais vraiment pas loin du coma ethilyque Neutral ,un verre de plus et adieu tous le monde,au réveil j'ai eu une de ces gueule de bois :s mais comme tu le dit mes soucis ils etaient toujours la (pfff)
ps:c'est vraiment pas agréable de degeuler No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 18:35

Bah excuse mais tes potes là ils ont pas gérés apparemment ... ils le savaient que tu t'étais jamais piqué la ruche ?
Revenir en haut Aller en bas
gold44



Messages : 126
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 22
Localisation : à l'ombre de la lumiere

MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 18:50

Mdr piqué la ruche? Enfet ils fesaient pas trop attention a moi :S,mais une fois que j'ai été bien saoul ils m'on enfin remarqués,peut-etre q'après ils n'ont pas trop sut comment me gérer Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 18:54

Oui piquer la ruche, on a masse d'expression pour parler de ça ^^"
L'alcool ça se gère avant, pendant, mais pas après que tu aies absorbé la dose --"
A l'avenir il te faudra sans doute te modérer toi même, parce que visiblement ce ne seront pas eux qui t'empêcheront de continuer à boire une fois ton seuil de tolérance atteint ... d'autres te diraient de ne plus picoler du tout ... mais je sais aussi quels ... "avantages" procure la boisson ... c'est plus sur la quantité qu'il faut revoir le tir ...


Dernière édition par Storm le Sam 29 Oct - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gold44



Messages : 126
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 22
Localisation : à l'ombre de la lumiere

MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 19:15

Ah non mais la je fais un break, l'alchool pour l'instant ^^ c'est finit,kapout,end ^^' et t'inquiète à l'avenir je serais beaucoup plus prudente maintenant que je sais combien de litres je peux ingurgitéé... Rolling Eyes
Merci pour tes bons conseils Strom Wink ça fait vraiment du bien d'en parler Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Young Lez



Messages : 747
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : Strasbourg!

MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 20:13

Je comprend que tu puisses te sentir gêner ou quelque chose comme ça, mais tout le monde perd les pédales un jour ou l'autre, faut évacuer tout le stress même si l'alcool c'est pas la solution idéale c'est sur! Maintenant que tu connais les dangers et les effets de l'alcool à forte dose ça t'arriveras plus (enfin j'espère ^^) mais dis toi qu'il te fallait bien une fois au moins pour comprendre par toi même!

Et pour tes soucis, si tu veux en parler n'hésite pas, on pourra peut-être t'aider Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gold44



Messages : 126
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 22
Localisation : à l'ombre de la lumiere

MessageSujet: Re: L'alcool....   Sam 29 Oct - 22:52

Oui t'inquiete je sais que l'alchool c'est pas la meilleur des solutions (enfin la je le sais vraiment Rolling Eyes) pour mes soucis peut-etre que j'en parlerai u jour Wink mais merci quand meme Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 30 Oct - 8:35

Tu n'as pas à te sentir coupable, cela arrive à tout le monde de boire pour oublier, combien de fois j'ai entendu dire des gens "j'ai envie de boire"...ou même "j'ai envie de fumer" etc...

Tu es un être humain et tu as cherché à oublier par le moyen que tu avais à ta disposition car ce n'est pas toujours évident de parler de ses problèmes aux autres...

J'en profite pour parler de ce que je constate ici dans la vie de tous les jours...nous sommes de nationalités différentes, nous avons des passés différents mais nous sommes tous ici pour étudier...

Après 2 mois passés dans cette université je constate que beaucoup d'entre nous avons perdus notre objectif...étudier et mieux comprendre la culture chinoise...

C'est très facile ici d'enchainer les soirées à boire et fumer jusqu'à ne plus en pouvoir...cependant moi j'ai eu l'habitude que dès que quelqu'un ne semble pas aller bien je m'arrête de boire et du coup je m'occupe de la personne...et c'est souvent les mêmes dont on doit s'occuper...

L'acool est un vrai problème en Asie, ici les gens boient juste pour pouvoir enfin dire ce qu'ils pensent, et le problème c'est qu'ils ne peuvent pas boire beaucoup du coup ça se transforme vite en soirée qui part en live et les chinois sont encore plus bruyants et désagréables une fois qu'ils ont bu...et ont tendance à vous manquer des respect...ils passent d'une distance extrême à une attitude beaucoup plus (trop) entreprenante...


Je pense qu'en France ont doit s'estimer heureux de ne pas avoir à subir des diners professionnels où les employés même s'il ne veulent pas boire ils y sont forcés...qu'en France ce n'est pas normal d'être alcoolique...qu'en France si on fait tout pour vous faciliter la vie, vous ne considérez pas ça comme acquis ( La Chine facilite délibérément la vie aux étrangers pour que 1) on ne ressente pas le besoin de s'intéresser profondément à la culture chinoise et tout ce que le gouvernement fait passer comme une lettre à la poste auprès du peuple chinois " oui on a pas de vie personnelle, on bosse tous les jours jusque 23h ou plus pour réenchainer le lendemain à 8h et ça tous les jours de la semaine, on est payés une misère et on doit vivre loin de sa famille mais c'est parcequ'on est un pays en voie de développement" 2) qu'on veuille rester pour rapporter du fric au pays)

Bon alors désolée pour le gros hors sujet...si besoin est je le bougerais de place...

En tout cas garde bien à l'esprit que cela t'es arrivé une fois et je pense que ça t'a "servi de leçon" et que du coup tu feras plus attention les autres fois à ne pas te laisser embarquer par l'alcool Wink

Prends bien soin de toi :câlins2:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 30 Oct - 9:41

... *long soupir de réflexion* Servi de leçon ? Peut-être ... Ou pas ! Que dire de l'alcool sinon qu'il est, avec le tabac, la
drogue la plus accessible au monde ! Je ne vais pas te servir un sermon moraliste, je ne serai pas très bien placée pour le faire. Sauf qu'à la lecture de ce que tu as écris au départ, je ne suis pas du tout sure que cette expérience soit la dernière avec l'alcool.

La vérité, l'ivresse, la sensation qu'on éprouve quand on y glisse doucement, qui n'a jamais trouvé ça agréable ? Personnellement, je suis définitivement amoureuse de l'ivresse... MAIS !!!

Permets-moi de te rappeler, et surtout d'insister sur deux ou trois choses qui t'ont été dites, mais qu'il me semble fondamental de rappeler encore et encore... Meme si je sais qu'on écoute ça d'une oreille plus ou moins convaincue quand on a 16 ans.

Déjà, tu as de la chance d'avoir vomi ! C'est en effet une réaction très saine du corps qui cherche à éliminer un produit pris à trop haute dose... Et ça t'a peut-être évitée coma éthylique ... Mais fais gaffe, je ne sais pas pourquoi, mais parfois, on garde une bien plus grande quantité d'alcool et c'est là que c'est franchement dangereux. Sans compter qu'il y a un seuil où tu perds carrément conscience de ce que tu fais : moi j'ai une soirée de ma vie dont on m'a raconté la fin, mais dont 18 ans plus tard, je ne me souviens toujours pas. Heureusement, contrairement à toi, j'étais entourée d'amies qui ont pris grand soin de moi... N'empêche que quand j'ai des flashs qui me viennent de cette soirée (entre autre soirée...) je me trouve pathétique...

Alors c'est sûr l'alcool detend, calme, deshinibe, permet d'augmenter une certaine sensibilité... C'est aussi, à mon sens un vrai élixir de vérité, et sous son emprise, tous les masques tombent... Mais bon, c'est pas toujours un truc positif ça, hein... Parfois il peut être ludique, mais quand on commence à en avoir besoin pour... n'impore quoi : s'amuser, oublier, parler, etc, souviens-toi juste que c'est là qu'il devient réellement dangereux ! Voilà, si il y a une seule chose que je pense que tu dois te souvenir au sujet de l'alcool, c'est celle-là ! Et puis bon, le jour où tu auras ton permis, souviens-toi aussi que l'alcool tue...
Revenir en haut Aller en bas
rose



Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 25
Localisation : Val d'oise

MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 30 Oct - 11:10

On a tous des choses que l'on a fait et dont on n'est pas très fière une fois sous alcool... C'est normal. La première soirée où j'ai bu... Je m'en souviendrais toujours ou plus exactement je me souviendrais de ce dont je ne me souviens plus mais qu'on m'a raconté et c'était pas glorieux je t'assure...

Apprends à te contrôler... Doucement, apprends à savoir quand il faut t'arrêter et surtout soit bien entourée. Ça change tout.
Je serais la dernière à te dire ne rebois plus jamais mais c'est important de ne pas boire trop ni trop souvent. Être ivre c'est drôle, ça permet de décompressé par moment, de se lâcher à d'autres. Mais il faut aussi être capable de passer une soirée sobre et de s'amuser tout autant. Faire la nounou une fois et avoir une nounou l'autre (c'est comme ça que ça marche dans mon groupe de potes il y en a toujours au moins une qui reste sobre et s'occupe des autres Wink )
Je suis partie très loin dit-donc enfin tu as compris l'idée je pense, apprends à maitriser pour pouvoir rire de tes bétises de bourrer sans pour autant en avoir honte et fait attention à ne pas avoir besoin de l'alcool Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rock
Modératrice


Messages : 5042
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 31 Oct - 5:16

L'alcool c'est pas cool.
Pour oublier ces problèmes se plonger dans la musique ou voir des amies et en parler, c'est mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiad



Messages : 321
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 22
Localisation :

MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 31 Oct - 14:30

Je trouve qu'il n'y a aucun mal , tu as pris ta première cuite , ca devait t'arriver un jour ou l'autre ! Faudrait même que tu fasse la fête en l'honneur de cette première fois Razz

Le problème c'est de comprendre pourquoi tu as préféré boire plutôt que de parler de tes soucis .
Je pense que l'ivresse c'est géniale , mais lorsque ça sert à cacher un mal être c'est une mauvaise solution .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C'est MOI



Messages : 495
Date d'inscription : 29/09/2011
Age : 41
Localisation : Quelque part en France :)

MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 31 Oct - 22:19

euh alors moi, l'alcool, c'est bien simple, j'en bois pas (ça à du m'arrivé une fois ou deux fois, et encore un verre) parce que je supporte pas l'odeur...seule fois ou ça met arrivée, j'étais assez "marrante" parraît-il, donc ça va....
Mais ceci étant dit, je trouve perso qu'il y à forçement d'autres moyens pour oublié ses problemes même le temps d'une soirée....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 6:28

J'ai pas tout lus, mais je trouve que c'est bien que tu es pris conscience des degats que l'alcool provoques. J'ai pris trois grosse cuite dans ma vie, dont une qui a faillie me couter la vie, le SMUR etant intervenu.
Je suis facilement saoul, parce que je n'ai pas l'habitude de boire et c'est peut etre con à dire mais j'en suis fier.
Fiere de ne pas etre une habituée.
Revenir en haut Aller en bas
Rosy66



Messages : 323
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 64
Localisation : ARGELES SUR MER

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 7:56

Oui c'est vrai, il faut prendre concience des dégâts que peut provoquer l'alcool, tout aussi bien pour la drogue. Je ne bois pas non plus, quand je bois ne serait-ce qu'une gorgée, je ne sais pas pourquoi, tout le monde rigole. Faut dire que moi aussi, en plus je ne dis que des bêtises :mort de rire:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 10:11

moi je serais du style a danser nue sur la table
Revenir en haut Aller en bas
Rosy66



Messages : 323
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 64
Localisation : ARGELES SUR MER

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 11:29

j'étais chez une amie, on a fait soirée crêpes et cidre. Vous y croyez vous, du cidre, il n'y a pourtant pas beaucoup de ° et bien j'ai fini la soirée en faisant du streep teas, qu'est ce qu'on a rigolé..................... :grosrire:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris



Messages : 13953
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 45
Localisation : Var

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 12:04

Je crois pas que c'était du cidre à mon avis !! :moqueur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosy66



Messages : 323
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 64
Localisation : ARGELES SUR MER

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 12:53

Si, si je t'assure, du cidre brut même. :grosrire:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rose



Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 25
Localisation : Val d'oise

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 13:28

Le cidre n'a que 5° sauf qu'on a tendance à en boire pas mal sans s'en rendre compte!! En plus du fait que les bulles ça fait monter l'alcool à la tête
Cf la bretonne qui voit souvent des gens bourrés au cidre parce qu'elle bosse dans une crêperie ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MCMistress



Messages : 261
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 42
Localisation : Région parisienne

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 14:05

"L'alcool est un poison qui rend con" disait je ne sais plus qui. Je ne sais pas trop pour ce qui est de rendre con, mais c'est sûr que c'est un poison. D'ailleurs je m'en tiens le plus éloignée possible, mais je ne juge pas les gens qui boivent. J'en ai connu et j'en fréquente encore beaucoup, des bien plus intelligents, plus instruits, plus heureux, plus malins... qui s'y sont laissés prendre. Et pour ce que j'ai pu en voir, non seulement ça ne rend pas la vie plus facile, mais ça la raccourci un sacré coup. Donc gaffe avec ça Wink

J'avais écrit un petit texte à ce propos. Ca s'appelait "Les artistes"

Cette soirée s’annonce bonne. Il fait doux et clair, le barbecue chauffe comme il se doit et nous avons consciencieusement rempli le bar en prévision de leur venue. Fut un temps où cette maison recevait souvent de petits groupes du milieu artistico-intello-parisien en quête d’un peu de calme et de verdure, mais depuis bientôt 10 ans, plus…

Ils sont arrivés à sept, quatre quadras et leurs enfants, peu de temps avant l’apéro du vendredi soir. Il y a Stéphane, le sculpteur qui a orné notre jardin de ces fabuleuses feuilles d’arbres en plâtre blanc. Elles pèsent une tonne et s’effritent quand on essaie de les déplacer, mais valent une fortune sur le marché. Il est aussi guide au centre Georges Pompidou et écrit de remarquables petites nouvelles érotiques gays. Il y a Pierre, le père des deux petites filles (Ambre et Léonie), qui crée des décors pour le cinéma (d’auteur à ses débuts, mais, de plus en plus, de « télévision »). Il y a Phiphi, le peintre maudit, un fou du bleu et des nus de femmes (moi je n’avais pas compris que ses peintures représentaient des femmes nues, mais aujourd’hui, bah euh, disons que je le sais…) qui est aussi prof aux Beaux Arts. Il y a Youri, le philosophe-poète-libre penseur qui a amené son fils pré ado rebelle, que nous ne verrons pour ainsi dire pas des trois jours. Et puis il y a ma mère, ma tante, qui a longtemps évolué dans ce milieu (elle a même fait partie de la troupe de Bob Wilson dans les années 70, c’est dire !), mon neveu, de l’âge des petites filles, et moi.

Installés sous la tonnelle, nous prenons l’apéro. Youri a un humour mordant que les autres semblent bien connaître et alimentent avec bonheur. Nous rions beaucoup et de tout, en regardant le soleil se coucher et en retournant régulièrement les saucisses-merguez. A l’heure de passer à table, ils se réjouissent d’être venus dans cette région viticole réputée pour son bon vin (blanc essentiellement), et ses petits crottins de chèvres.
Pendant le repas me reviennent des images de soirées, quinze à trente ans auparavant, auxquelles j’assistais avec bonheur. Je suis frappée par la ressemblance entre ces « artistes » et ceux de ma jeunesse. Les mêmes visages marqués par les excès en tous genres, les mêmes regards perçants, intéressés, empreints de malice et d’indulgence, les mêmes sourires chaleureux malgré des dents gâtées, mais surtout les mêmes débats d’idées interminables, les mêmes connaissances aiguës des sujets de société et cette même dérision utilisée à outrance. J’en avais passé des heures à les écouter discourir, admirant leur savoir, ébahie par leur à propos et leur bagout.

Plus l’heure avance, plus les bouteilles vides s’additionnent et certains débats peuvent devenir houleux. A l’évocation du Musée des Arts Premiers, par exemple, le ton monte rapidement, puis redescend aussi vite. Finalement, tous sont d’accord pour trouver l’architecture des lieux prétentieuse, l’agencement mal pensé et les œuvres de seconde zone. Moi j’ai bien envie d’y aller quand même… J’écoute, je m’informe, je note quelques bons mots, je participe, peu, sauf quand on parle musique, football ou littérature. Ce sont leurs pairs qui m’ont initiée et m’ont donné le goût de la lecture et de la bonne musique, bien faite. Ma conscience politique (de gauche) je la leur dois, mais je suis moins au fait qu’eux et surtout moins véhémente, la plupart du temps. Et puis je n’ai plus quinze ans et ils m’agacent aussi un peu, quand même…

Vers minuit, les enfants lassés par ces discussions de grands, maintes fois entendues, se sont rabattus sur la télévision. Ambre est revenue plusieurs fois à la charge avec ses « Papa, tu avais dit que tu ne te saoulerais pas ! » « Oui, chérie, je sais, mais je ne suis pas saoul ! » puis elle a baissé les bras. Je la comprends…
C’est à peu près l’heure aussi où, à l’injonction expresse de tata, j’ai sorti ma guitare, consciente que l’auditoire, bien que « légèrement » assommé par les vapeurs d’alcool et de chichon, restait attentif et averti.
En fait, j’ai joué à la demande pendant près de deux heures. De Sanson à Led Zepplin en passant par Brassens ou les Floyd, tout le répertoire que nous avions en commun y est passé. Ils ont percussionné sur « All along the watch tower », ont repris en cœur « Attendez que ma joie revienne », sauté sur « smells like teen spirit », rigolé sur « Christina », tenté de longs solos sur « Old love », critiqué ma version des «feuilles mortes », écrasé une larme sur « Glory Box », se sont recueillis sur « Rédemption song », ont regretté que je ne connaisse pas plus de standards jazz et finalement décidé qu’il fallait absolument me présenter machin qui connaissait bidule, qui produisait l’autre là comment déjà… Bref, je me suis régalée, contente de leur faire plaisir, ravie de partager le fruit de quelques années de travail et de passion avec ces gars si semblables à ceux qui m’avaient indiqué la voie, même si c’est à ces « autres » que je pensais le plus souvent.

Il était maintenant bien tard et je n’étais pas très sûre qu’ils puissent rejoindre leur lit sur leurs deux pieds. Mais je ne voulais pas m’en assurer. Ils avaient eu du mal à concevoir qu’on puisse passer une soirée de ce genre sans boire ne serait-ce qu’un petit verre (et je ne leur avais pas répondu qu’ils devraient essayer pour voir, ayant dépassé ce stade depuis longtemps). N’empêche, c’est moi qui suis allée coucher les petits, avant de revenir les écouter disserter sur la mort du rock…, et du libre arbitre…, et du nouveau roman ( ?)… etc, comme avant…

Je me souviens que j’aimais leurs longues conversations joyeusement argumentées et j’enviais leur culture. J’ai passé une partie de mon enfance à les regarder avec de grands yeux remplis d’admiration, mon adolescence à vouloir leur ressembler, mon début de vie d’adulte à aller leur rendre visite dans des hôpitaux puants, et aujourd’hui, ils ne sont plus là pour voir ce que je suis devenue. Mais ils ne sont pas bien loin quand même, et la relève est assurée !

Je suis allée me coucher, vidée, souriante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris



Messages : 13953
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 45
Localisation : Var

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 14:31

Rosy66 a écrit:
Si, si je t'assure, du cidre brut même. :grosrire:

La prochaine fois, bois du jus de pomme, en plus c'est bien meilleur !! :grosrire:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiad



Messages : 321
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 22
Localisation :

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 14:56

Mcmistress j'adore ton ecriture ^^
etre saoul avec du codée, je pensais que c'etait exclusivement breton!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 16:05

J'ai une drôle d'histoire avec l'alcool. Je ne rentrerai pas dans les détails mais j'ai connu ses effets néfastes quand j'étais enfant car j'avais un membre très proche qui était alcoolique et j'ai connu une phase adulte très dangereuse avec ce produit. J'ai résolu le problème en ne buvant plus du tout. Faire la teuf, se prendre des cuites, fumer un pétard sont souvent la résultante d'expériences intéressantes et ludiques à un certain âge mais trop répétitifs, je parle de l'alcool et du cannabis, ces gestes addictifs entraînent des dépendances physiques, psychologiques qui peuvent être dangereuses. Il faut qu'expériences se fassent pour certains mais à ces certaines personnes jeunes , je leur dirai que l'ivresse, bien que délicieuse, voire trop, peut camoufler des frustrations qui sortent sans qu'on les maîtrise. Et c'est là qu'il faut s'interroger. Sinon, se prendre une cuite, je rappelle que ça peut tuer, même une seule. Mode moralisatrice *off*.


Dernière édition par Bouktis le Mar 1 Nov - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MimiLaLune



Messages : 341
Date d'inscription : 04/10/2011
Age : 57
Localisation : Bleu D'Armor

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 1 Nov - 18:47

Beaucoup a été dit pour te répondre.
Si je dois ajouter ma petite pierre, c'est celle ci ...
Avec cette expérience tu as fais le test de tes limites.
Et je pense que cette expérience t'a effrayée parce que tu t'es soudain rendu compte que parfois on arrête d'habiter son corps, pour devenir quelqu'un d'autre.
Le problème avec l'alcool qui désinhibe complètement c'est qu'il te donne accès à des endroits de ton "âme" que tu contrôles plutôt bien en temps ordinaire.
Et aller voir par là ... C'est parfois dangereux ...
La vraie question est celle qui t'es posée plus haut, qu'est ce que tu as voulu faire disparaître ce soir là.
Pas que tu doives en parler, si tu n'es pas prête, mais rends toi compte déjà de l'effet que ça a sur toi ...
Et qui t'a fait très peur, sans doute plus que cette ingestion encore accidentelle d'alcool.
C'est passé ? Ca va mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 21 Nov - 16:50

Je me permets de rappeler au passage qu'une consommation excessive et régulière d'alcool (plus de deux verres par jour pour les femmes) attaque le cœur, le foie, le cerveau, les reins et est à l'origine de nombreux cancers, notamment digestifs, qui sont ceux présentant le taux de mortalité le plus haut.
Donc, non, l'alcool ne doit pas être considéré comme LA solution au mal-être... sauf si le suicide à petit feu est la solution retenue Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 21 Nov - 22:05

wolf26 a écrit:
moi je serais du style a danser nue sur la table

:très étonné: Heu ! On trinque, ma belle ! Twisted Evil

Embarassed :sprint:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 21 Nov - 22:29

*


Dernière édition par Eowyn le Mer 23 Nov - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sosso22



Messages : 1408
Date d'inscription : 05/09/2011
Age : 45
Localisation : bretagne

MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 21 Nov - 23:32

Eo..... :câlins2: :câlins2: :câlins2: :câlins2: je ne peux rien dire de plus..je suis trop émue pour ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 2 Jan - 14:03

La seule chose que je sais au sujet de l'alcool c'est que ce produit peut prendre une vie rapidement, même sans mourir de fait, ça fait crever de fond avant tout. J'ai beaucoup écrit sur l'alcool, je mettrai peut-être un texte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 8 Jan - 0:15

y a des soirs, franchement, ça aide... Vive moi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 8 Jan - 10:43

Bah franchement oui ...
Moi ca me détends et j'ai pas honte à l'dire.
Ca m'vire tous mes blocages, j'ai l'impression d'être un peu plus "moi" et j'me sens mieux dans mon corps et ma tête.
C'pas la solution certes mais à défaut de trouver autre chose ...
Après j'suis pas dépendante, c'est pas un besoin, j'peux passer des soirées sans boire et m'amuser quand même mais bon, c'est un "plus" on va dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 8 Jan - 13:28

je pense que ce servir de l'alcool comme une aide pour aller mieux n'est pas la meilleurs solution. pendant des année j'ai bus le matin pour que la matinée sois plus facile le midi pour que l'après midi paraisse moins long et le soir pour m'amuser au bout de quelques temps tout étais une excuse pour boire un verre d'ailleurs a la fin je n'avais même plus besoin d'excuse il me fallait ce verre, même cette bouteille. et on m'a aider a me rendre compte que la force étais en moi pas dans ce que j'allais boire pour aller mieux ..... maintenant tout va mieux je ne bois plus une goutte d'alcool sauf exception mais je m'arrete a un seule verre ....
Revenir en haut Aller en bas
emilieopsire



Messages : 174
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 49

MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 25 Oct - 10:35

l'alcool, un sujet qui me touche
Voici un texte écrit il y a quelques années issu d'un petit livre en construction pour les ados et les inviter à parler à leur tour...

Mon père est alcoolique !

J'ai 43 ans. Aujourd'hui, je le cris haut et fort, mon père est alcoolique ! J'ai mis plus de 25 ans à lui dire droit dans les yeux ! Mais quel soulagement ai-je pu ressentir ...

Pour lui faire mal pensez vous, non juste parce que à cause de cela, j'ai bien souffert, je n'ai pas été assez forte et j'en suis tombée malade. Mais, il n'y avait pas que lui dans mon histoire de la vie. Bien mauvais départ tout de même....

J'avais 14 ans quand je me suis rendue compte qu'il était alcoolo. Car en fait, il l'était depuis plus longtemps que cela mais j'étais petite et je ne m'en rendais pas compte. Puis avec du recul, mes souvenirs, que je suis allée chercher au fond de moi, je me souviens déjà quand j'avais 10 ans, des verres de Whisky qu'il s'enfilait un peu trop rapidement. Je n'y prêtais pas attention à cet age là, puisque très rarement je l'ai vu "tomber". Mais c'est à l'age de l'adolescence, cap si difficile, que tout à basculer.

Son alcoolisme le rendait trop souvent agressif et de jour en jour, nous voyons, nous enfants, sa déchéance qui s'annonçait. Que faire lorsque l'on est enfant ? Pleurer dans un coin, se cacher, avoir peur surtout. L'amour qui se transforme en haine. La honte qui pénètre mon corps. Les mensonges auprès de mes copines. Ses mensonges pour cacher son état et m'obliger par là même, à me taire ! Me taire, voilà ce qui m'a tuée ! La souffrance de se sentir impuissant. Parce que même, s'il buvait, je l'aimais !

Mais je fini par le haïr aussi. Une haine époustouflante que j'ai gardée en moi. Cette haine m'a rongée au fil des ans. Cette haine m'a détruite au fil des ans.

Quel image du père ? Quel image de l'Homme ? Quand le premier de sa vie, n'est plus une référence ?

Un enfant a besoin de repères, d'un Dieu qui est son père en l'occurrence, pour s'élever lui-même, pour pouvoir s'aimer plus tard. Mais qui le comprend cela ? Les psy, oui, que j'ai consulté pendant des années. Cela ne voulait pas dire que j’étais folle, non, juste victime d’un être malade qui a bu parce qu’il n’avait pas parlé… lui aussi… le pauvre…

Vivre avec un alcoolique au quotidien, c'est des brulures au quotidien. La période la plus difficile dura 3 ans, date à laquelle j'ai rencontré mon mari et où j'ai pu souffler un peu, en m'échappant.

Très difficile de vivre avec un homme que l'on adore et que l'on haie ! Mon père, je l'adorais, j'étais la fille à mon père comme on dit. D'autant plus difficile à vivre, puisque j'étais en fusion avec lui. Trop d'amour, trop de haine.

Mais pendant toute cette période, que de souffrances pour l'enfant que j'étais. Dès 11 H OO du matin, les premiers verres. Il était malin papa, mais nous, pas dupes parce que à l'affût de tout. J'observais tous ses gestes, je contrôlais, je ne pleurais pas ma souffrance. J'encaissais comme lui, non pas l'alcool mais la haine qui grandissait au fil des ans. Je me rappelle être sur mon canapé, compter les verres et en fin de semaine, les bouteilles.... Je me rappelle les plaintes de maman à ses enfants parce qu'elle souffrait elle aussi de cette destruction et de son agressivité. Je me rappelle les cadavres à la poubelle qu'il nous ordonnait de jeter donc, nous en rendre complice.... Je me rappelle nos peurs. Oui nos peurs.

La peur qu'il meurt, la peur qu'il dégageait parce que papa était très dur, stricte, exigent et complètement fou lorsqu'il avait bu. Difficile à accepter cette autorité totalitaire lorsque lui-même n'était plus capable, dû à son alcoolisme, de nous enseigner les bonnes règles éducatives.

Extrait d’une lettre que je lui ai écrite :

«Un père qui tombait rarement ivre mort mais suffisamment pour se casser la figure dans les marches de l’escalier lorsqu’il montait se coucher, lorsqu’il avait sa dose. J'étais à l’affût de tes mouvements papa et observais le rituel nocturne. Un passage aux toilettes obligé pour te vider les boyaux torpillés par l’acidité de l’alcool, signe avant coureur de ton état. Et chaque soir c’était le même spectacle, la même pièce de théâtre que tu nous jouais, les mêmes visions dramatiques pour l’enfant que j’étais qui souffrait en silence. Papa, si tu savais comme j’ai pleuré dans mon corps. Mais personne ne réalise ou ne prend en considération cette douleur. Je t'aimais, je t'aimais, mais toi... tu buvais, tu buvais....

Un père alcoolique que l’on cachait aux copains, à la famille. Le pire peut-être, Cacher ! Ils devaient bien sourire dans leur coin. Ton pif, tes yeux te trahissaient. Un père qui nous faisait croire qu’il buvait du jus de cassis pour masquer son « rouge trois étoiles » ! Nous n’étions pas crédules ! Un père qui jetait à la rivière le « trop » plein de bouteilles stockées jour après jour pour faire diminuer le tas et ne pas être vu !!! Maman qui les comptaient semaines après semaines ! Ah, c'est incroyable ces casiers de bouteilles dans le garage. Elle se plaignait sans cesse à nous de tes excès, de cet argent considérable, dépensé. N'avions--nous pas déjà tout compris pour en rajouter ? Un père qui se permettait lorsqu’il avait bu, de toucher des jeunes filles, au bal du village, sous mon regard effaré d’adolescente.

« Supporter ton haleine et ton regard vitreux ! Ne pouvais tu te prendre en main et te remettre en question ? »

Quelle souffrance intérieure ! Faire croire que l’on était heureux, toujours ! Faire croire, encore, cette apparence du bien être, que je sais tant exploiter aujourd’hui. Nous obliger même à dire : Merci ou bonsoir petit papa chéri !

Tu n’avais rien d’un papa chéri à cette époque !

Cet alcool te rendait agressif. Tu n’avais pas le vin joyeux. Cela finissait toujours par des disputes. Nous savions qu’en fin de soirée nous devions éviter ton regard et ne jamais te contrarier au risque de s’en prendre une. Mais cela papa, c’était une tension pour moi. Nous étions toujours sur la corde raide avec toi. Si tu savais papa comme j’ai pu souffrir intérieurement. Si tu savais comme mon Dieu m’avait abandonné ! A quoi se raccrocher puisque tu n’étais plus là pour moi. Bordel c’que je t’aimais papa, c’que tu me manquais ! C’que je finissais par te haïr !

Un père qui m'assommait un jour, littéralement, par un coup de coude sur ma tempe parce que je venais de renverser sa potion magique maladroitement... Assommée !!! Assommée par son papa !

Un père que je trahissais. On m’avait dit à l’école, de mettre de la cendre à cigarette dans ton pinard ce qui t’écœurerait peut-être. Alors, j’en ai mis de la cendre à cigarette dans tes verres.

Je l’ai rêvé que tu sois malade une bonne fois pour toute et que tu ne touches plus à ces breuvages ! Les cendriers se sont bien vidés... mais rien n’y faisait. Tu as continué à boire, boire, boire... »

Portrait de mon père, à 14 ans :

Papa, maman, c’étaient disputes au quotidien. Plus d’envie de se plaire respectivement.
Sa démarche, c’était maintenant une ombre titubante, pas lourds et pesants
Ses cheveux grisonnants, c’était le mauvais patriarche d’antan
Ses sourcils, c’était autorité dévastatrice, PEUR, cette fois
Son regard, mitraillette !
Ses paroles, langue de vipère, brutalité
Son odeur, c’était alcool
Son intelligence, évaporée justement avec l’alcool
Ses gestes, c’étaient violence, impulsivité
Ses mains. Ah ses mains, c’étaient baffes et "fausses" baffes !


Papa était un homme bon, très bon mais caractériel et malade surtout. Mais quand on est enfant, on ne comprend pas cela. On trouve la vie injuste et particulièrement le fait qu'il était aussi très dur, violent parfois dans ses gestes et ses paroles. Papa a voulu faire de moi aussi, un être « parfait » en me mettant une pression scolaire pour que je réussisse à être ce que lui ne fut pas… Ceci m’a poussé au perfectionnisme avec une peur immense de le décevoir et de ne pas être à la hauteur de SES ambitions… Catastrophique pour mon psychisme… le psy me l’a bien expliqué… Quand on est enfant, on ne comprend pas qu'il souffre lui aussi. On ne peut pas comprendre ! Et pourtant, il souffre lui aussi, je vous l’assure…

Quand il avait bu, c'était l'horreur, surtout en fin de journée lorsque nous rentrions de l'école. Nous savions que le stress allait nous démolir. Et nous, enfants, nous devions subir sans mots dire. Nous longions les murs comme on dit, sans se rebiffer, connaissant sa violence. Mais nous n'avions rien demandé nous, enfants. Jamais je n'ai osé lui crier de vive voix son alcoolisme. Jamais. La peur, la honte, je ne sais pas. Je l'ai crié pourtant à maman, mais elle a nié au début, ne voulant pas accepter qu'il soit dit qu'elle ait épousé un alcoolique.... Elle a nié, pour pas qu'il soit dit qu'elle ait la même vie que sa mère... Que l'on se sent abandonné par un père qui boit, une mère qui nie ! C'est horrible de se retrouver entre deux adultes qui traversèrent une dure épreuve pour eux, aussi. Mais nous enfants, on ne veut pas en entendre parler de leurs problèmes. On est des enfants, on veut rêver, on veut jouer, on veut de la joie, on veut de l'amour, on veut des rires, on veut être comme les autres. L'amour, un mot qu'il ne connaissait pas ou du moins qu‘il ne savait pas exprimer. Pour lui, qui reçu une éducation stricte d'après guerre et orphelin de mère à 15 mois, il ne sut nous en donner, nous l‘exprimer. Pour lui qui reproduisit sur nous, l'éducation excessive de son père. Il nous aimait semble t-il mais lorsque l'on est enfant et que l'alcool l'anesthésiait, le rendait fou bien souvent, nous sommes en droit de se poser la question de l'amour entre lui et nous, ses enfants. Et nous nous sommes posés cette question trop souvent.... Et pourtant il nous aimait, je le sais….

Décrire le quotidien n'a pas d'intérêt, non ce qui est intéressant, c'est l'impact psychologique sur l'enfant. La fille en particulier. La jeune fille que je fus qui s'est si mal construite. Le père est le premier amoureux d'une fille donc c'est la première image qu'elle a de l'Homme. Et cette image va la poursuivre pour sa vie de femme plus tard. Et si l'image est négative, elle aura une image négative de tous les hommes. Elle en aura peur, se méfiera, se fermera à leur amour. En effet, inconsciemment, elle retrouvera dans tous les hommes qui l'entoure, la courtise, l'image du père ! L'image qui la traumatisa évidemment. Et pourtant tous les hommes ne sont pas comme lui…

Alors difficile pour elle de se séparer de son passé. Difficile de construire. Difficile le relationnel. Difficile la vie de couple. Difficile, la sexualité même... ! Mais il le faut pourtant se séparer de cette mauvaise image et passer au dessus de tout cela…

Voilà pourquoi j'écris brièvement ces lignes. Pour témoigner et attirer vraiment l'attention pour que le parent alcoolique se soigne. C'est une vraie maladie qui entraîne dans la souffrance toute la famille. Et ne le rendez pas coupable, il le sait qu’il agit mal... mais sa maladie l’empêche tout contrôle de soi.

Alors, enfants, oui, hurler votre souffrance mais ne vous révoltez pas, soyez forts, grands et aidez votre parent à se soigner. Il ne boit que sa propre souffrance parce qu'il ne sait pas parler. Il encaisse, lui aussi. Aidez le à admettre. Apprenez lui à parler. Pardonnez lui. Aidez le à consulter les Alcooliques Anonymes…

Alors, parents alcooliques, ne niez plus votre état. Acceptez cette maladie et soignez vous, vite. Les dégâts sont trop importants pour tout le monde. Les Alcooliques Anonymes est la solution ! Il n'y a pas de honte ni de culpabilité à avoir. C'est une maladie au même titre qu’un cancer et vous souffrez !

Aujourd'hui, je n'ai plus de haine. J'ai pardonné à papa mais j'en fus bien malade et j'ai mis plus d'une vingtaine d'années à lui dire dans les yeux que nous avions soufferts de tout cela. C’est grâce à la parole et au pardon, que j’ai pu aller mieux !
C'est la vie ! Malheureusement. Mais.... Que cela cesse !

Je t'aime tellement mon petit papa chéri. Et tu me manques tant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'alcool....   Dim 25 Oct - 10:43

Très touchant cet écrit...
Revenir en haut Aller en bas
kanaria



Messages : 641
Date d'inscription : 15/02/2015
Age : 32
Localisation : quelque part sur terre

MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 2 Nov - 12:03

personnellement, je bois seulement quand je suis en soirée et pour le moment je ne me suis pas pris une seule cuite car j'arrive à gérer quand je commence à sentir qu'il est temps que j'arrête. J'ai vu les effets néfastes de l'alcool sur quelqu'un de très proche et surtout ce qu'il peut arriver aux personnes qui ont trop bu (certaines personnes en profitent).
pour moi, je ne trouve pas qu'il y ait une différence quand j'ai bu dans ma façon d'être. Chacun est différent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petale



Messages : 511
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 40

MessageSujet: Re: L'alcool....   Lun 2 Nov - 14:00

Personne n'est parfait tu sais Gold44 Wink des erreurs on en fait quand même toujours, et ce, quel que soit l'âge. A te lire, cette expérience te laisse un goût très amer et je pense que peut être cela t'aidera pour savoir à présent les limites que tu te fixe.
par goût, par choix, peut être parce que mon frère est alcoolique, je ne bois pas et n'ai bu je pense dans ma vie que 10 verres environ. Aucune envie d'y prendre goût, de l'associer à la détente, à la fête, à paraître plus cool aux yeux des autres. Et surtout, je sais qu'il n'y a aucune échappatoire aux problèmes, juste des répits mais très courts. La solution je ne l'ai pas, mis à part discuter de tes soucis avec ta famille, peut être des proches.
Emilieopsire, ton histoire est très touchante. J'y ajoute un commentaire si tu le permet : dans notre société où l'on demande d'assister une personne en danger, nous avons les mains liées. Tous organismes confondus, du juridique à la médecine, on ne peut obliger une personne alcoolique à se soigner. Nous avons avec ma famille essayé bien des choses pour que mon frère se fasse soigner de cette dépendance, rien n'a été possible.
oh miracle, voilà quelques mois où il a décidé de se faire soigner réellement et ne bois plus aujourd'hui. A sa sortie de cure, il m'a fait lire un texte qui m'a fait froid dans le dos. Si seulement celui-ci circulait davantage et évitait à certains cette terrible chutte...

"Je m'appelle alcoolisme

Je suis votre maladie.
Je hais les réunions.
Je hais les puissances supérieures.
Je hais quiconque a un programme.
A tous ceux qui viendrons à me rencontrer, je souhaite la mort, je souhaite
la souffrance.
Permettez-moi de me présenter.
Je suis la maladie de l'alcoolisme.
Rusée, déroutante, puissante.
J'ai tué des millions de gens, et j'en suis ravie.
J'adore vous attraper par surprise.
J'adore vous faire croire que je suis votre amie, votre amante.
Je vous ai donné du bien-être, n'est-ce pas ?
Est-ce que je n'était pas là pour accompagner votre solitude ?
Est-ce que vous ne m'avez pas appelée dans vos moment de désespoir?
Est-ce que je n'ai pas répondu "présente" ?
Mais j'aime vous faire souffrir.
J'aime vous faire pleurer.
Mieux encore : j'aime quand je vous ai rendu si amorphe que vous ne pouviez
plus ni souffrir ni pleurer.
Que vous ne pouviez plus rien ressentir du tout.
Voilà ma gloire.
Je vous donne une satisfaction immédiate, et tout ce que je vous demande en
retour est une souffrance à long terme.
J'ai toujours été présente à vos côtés.
Quand tout dans la vie vous souriait, vous m'invitiez.
Vous disiez que vous ne méritiez pas tout ce qui vous arrivait et j'étais la
seule à vous approuver.
Ensemble nous avons été capables de détruire tout ce qu'il y avait de bon
dans votre vie.
Les gens ne me prennent pas au sérieux.
Ce qu'ils prennent au sérieux ce sont les mauvais coups, les attaques
cardiaques, voire le diabète.
Bande de fous.
Ils ne savent pas que sans mon aide, tous ces problèmes seraient
pratiquement impossibles.
Je suis pourtant une maladie détestable.
Et pourtant je ne viens jamais sans être invitée.
C'est vous qui me choisissez.
Il y en a tant qui mon choisie en dépit de la raison et de la tranquillité.
Je hais tous ceux d'entre vous qui ont un programme en douze étapes.
Je hais votre programme, vos réunion , votre Puissance supérieure.
Ce sont des choses qui m'affaiblissent et m'empêchent de fonctionner à ma
manière.
Maintenant je me fais toute petite.
Vous ne me voyez pas, mais je vais en croissant plus que jamais.
Tant que vous existez, je continue à vivre.
Et tant que vous vivrez, j'existerai.
Je suis là.
Au plaisir de nous revoir.
Et en attendant, je souhaite que vous souffriez au point que je puisse
renaître."

Extraits de "SHARE"- Grande Bretagne ( Revue Partage)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emilieopsire



Messages : 174
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 49

MessageSujet: Re: L'alcool....   Mar 3 Nov - 7:51

Bonjour Pétale,
Merci pour ce partage de ce texte qui me prend au tripes aussi...
Oui je sais on ne peut rien faire tant que le sujet n'a pas décidé d'arrêter de boire !
Bravo à ton frère. Il est courageux et ce n'était pas de sa faute...
J'ose espérer que divers textes ici et là, serviront tout de même... à des prises de conscience
Bonne journée à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'alcool....   Aujourd'hui à 1:24

Revenir en haut Aller en bas
 
L'alcool....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alcool et lait
» Technique de dépotage à l'alcool : Facile, rapide et efficace
» LE SPORT ET L'ALCOOL:
» Ado et alcool
» Idée pour un genre de sangria sans alcool

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde est Lesbien :: Zone de partage :: Santé-
Sauter vers: